Vous êtes ici : Accueil > ملفاتنا > Vers des alternatives culturelles au Maroc

Introduction au numéro :

 

En cette année 2016, la revue Souffles/Anfass fête les 50 ans de sa première publication au Maroc. Il y a 50 ans, cette revue avant-gardiste bouleversait les champs culturel, artistique et politique dont on ne perçoit l’ampleur qu’a posteriori. A l’époque, la génération qui a porté ce projet s’est retrouvée face à un processus de décolonisation inachevé avec un Etat qui folklorisait l’art et la culture. Elle s’est donc engagée dans une dynamique collective visant à introduire des souffles dans la culture et la société.

 

Cette année connait également le décès de Tayeb Seddiki qui a réunit Nass El Ghiwane dans sa troupe de théâtre. Alors que la revue "souffles" était, au moment de sa publication, restée confinée aux milieux universitaires et artistiques, ce groupe de musique a pu toucher une grande partie des marocain(e)s. Nass El Ghiwane ont pu révolutionner la pratique musicale et les modalités d’écoute.

 

Notre nouvelle génération, y compris ses artistes et les acteurs de la culture, se retrouvent, quant à eux, confrontée à une festivalisation de la culture et de ses expressions populaires comme les moussems ainsi qu’à un merchandising de certains événements littéraires teintés d’orientalisme.

Pourtant, les jeunes artistes et acteurs de l’underground expérimentent de nouvelles formes de production esthétique. Dans le contexte des soulèvements populaires de 2011, la question de l’émancipation politique s’est articulée aux formes artistiques subversives. Le mouvement du 20 février au Maroc a ainsi permis de faire connaître et de développer des alternatives culturelles à la fois dans la musique, le cinéma et dans le théâtre. Même si l’enseignement de l’art au Maroc connait plusieurs lacunes, des collectifs expérimentent une musique punk aux pratiques et au discours anticonformistes alors que d’autres acteurs développent un plaidoyer en faveur de politiques culturelles qui ne répriment pas la liberté d’expression créative.

 

Grâce à des textes d’analyse et de réflexion, ce deuxième numéro de notre revue taharouryates (Emancipations marocaines) a pour objectif de rendre compte de certaines des alternatives culturelles qui sont en train d’émerger au Maroc. Nous avons enrichi notre contribution analytique en faisant appel à certaines productions culturelles et artistiques à travers notamment : la nouvelle « Tu ne mourras jamais » écrite par une activiste anonyme, une interview avec le peintre ElBaidouri accompagnée de certaines de ses œuvres, un extrait du recueil du poète Moubarak Ouassat ou encore des productions du calligraphe Hassan Majdi*.

 

Le comité de rédaction de taharaouriates (Emancipations)

 

Vous pouvez également profiter de notre playlist composée de chansons alternartives : https://soundcloud.com/ta7arouryates/sets/ta7aror

 

* Vous pouvez aussi consulter la version arabe du dossier pour de plus amples créations, notamment les chansons de rappeurs accompagnés de leurs paroles en darija ainsi que la transcription d’un extrait d’une pièce de théâtre en darija.

  • Les expressions culturelles et artistiques au cœur des mouvements contestataires au Maroc

    La dynamique initiée par le printemps arabe et sa version marocaine du 20 février a donné lieu à des mouvements artistiques et culturels. Afin de bien cerner ce sujet, il est nécessaire de rendre compte des histoires des jeunes qui ont innové et introduit de nouvelles formes de résistances. Ces jeunes ont choisi l’art comme moyen pour s’exprimer et (...)

  • Festivalisation de l’espace de la fête : quelques réflexions sur les moussems, festival et autres fêtes populaires.

    Cette réflexion démarre par un fait assez banal, voire anecdotique. Me promenant allégrement dans les rues de la médina de Tétouan, au détour d’une conversation j’entendis dire ceci : « De nos jours, la fête de la jeunesse (3id Chabab) commence dès le mois de mai et finit en Octobre, c’est la saison des Mahrajanates (festivals) ». Cette phrase est (...)

  • Souffles - Anfass : une expérience d’émancipation culturelle, artistique et politique.

    « Relever le défi, c’est faire en sorte qu’aucune défaite ne devienne aussi celle de la pensée » (Abdellatif Laâbi )
    « La revue Souffles 1966-1973. Espoirs de révolution culturelle au Maroc » est un ouvrage important. Son auteure, Kenza Sefrioui, remet en perspective l’histoire d’une expérience mal connue par les nouvelles générations, sans tomber dans (...)

  • Esquisse d’une étude du phénomène « Nass El Ghiwane »

    Préambule
    Nass El Ghiwane, le groupe de musique le plus populaire de l’histoire contemporaine du Maroc, a bouleversé la scène artistique de la fin des années 1960. Paradoxalement, les études qui lui ont été consacrées sont peu nombreuses. Le peu d’analyses disponibles ne sont pas suffisamment approfondies et n’apportent pas d’éléments majeurs à la (...)

  • Que peut l’art ?

    A Tunis, les danseurs (hommes et femmes) du collectif Art Solution, animé par Chouaïb Brik et par Bahri Ben Yahmed, investissent l’espace public (rues et marchés), invitant ceux qui le souhaitent à entrer dans la danse. Dans le contexte politique tunisien actuel, tendu et violent, affirmer « Je danserai malgré tout » n’est pas un acte artistique et (...)

  • Enseigner l’art au Maroc, une question d’adresse

    […] « Jusqu’à quand allons-nous accumuler les retards et les paradoxes dans le domaine de l’organisation institutionnelle des arts et de la culture ? » […]. Ce questionnement surgit alors que tout prête à penser que les espaces dédiés à l’art tout autant que les discours élaborés autour des pratiques artistiques, pour ne parler que de celles-ci et non des (...)

  • Prix littéraire de la Mamounia : Relations Publiques, pastilla et littérature

    Pour ce dossier consacré aux alternatives culturelles nous republions les extraits de l’article de Kenza Sefrioui, « RP, pastilla et littérature » rédigés lors de la remise du prix littéraire de la Mamounia il y a quatre ans. La critique littéraire pointait déjà les dysfonctionnements dans l’organisation de ce prix, qui reste le mieux doté des prix (...)

  • Artwatch Africa et la liberté d’expression créative en Afrique, entretien avec Dounia Benslimane

    54 pays, près de deux ans de recherche, d’août 2011 à février 2012… Le projet est ambitieux. Artwatch Africa est la première instance de veille sur la liberté d’expression créative en Afrique. Elle vise à rappeler que l’accès à la culture est un droit humain fondamental et à faire respecter l’article 27 de la Déclaration universelle des droits de l’Homme : (...)

  • God save the king et la musique punk au Maroc

    Une monarchie, une situation sociale qui frôle la rupture, une jeunesse à cran et avide de changement…Cela sonne comme une formule qui aurait déjà fait ses preuves n’est ce pas ? Seul le décor n’est pas le même, ici ce n’est pas Big ben mais les minarets qui s’érigent vers le ciel et c’est un soleil de plomb se substitue à l’éternel crachat londonien. (...)

  • Un cri de couleurs depuis « Lwigeanti » - Créations de l’artiste Abdelkebir Elbaidouri

    Sous le protectorat, la ville de Youssoufia (centre du Maroc) portait le nom du célèbre explorateur français Louis Gentil. Cette appellation persiste toujours, un peu déformée par l’accent local. « Lwigeanti » est la ville de la lutte ouvrière par excellence. Aujourd’hui calme, habitée par le silence, elle se caractérise par la bienveillance de ses (...)

  • Calligraphies de Hassan Majdi

    Né au Maroc, Hassan Majdi va être formé à la rigueur de l’écriture arabe dès l’âge de 6 ans par son grand père maternel qui dirigeait une école coranique près de Mazagan (El jadida).
    Hassan Majdi
    Adolescent, Hassan va continuer à s’exercer sur les titres des journaux et les affiches de cinéma. En 1977, Hassan s’installe en France (Perpignan) où il va (...)

  • Un éclair dans une forêt – Moubarak Ouassat [Poésie]

    De mes cheveux se sont envolés des papillons
    pour importuner le soldat
    des papillons qui piquaient jusqu’au
    sang
    Et quand je m’en suis approché
    ils ont redoublé de férocité
    C’est ainsi que j’ai commencé à susciter des doutes
    La soumission ne m’a jamais attiré
    voilà pourquoi je façonne maintenant des flèches
    avec des gouttes
    de vin
    Titre (...)

  • Tu ne mourras jamais [Nouvelle]

    « Trêve de discours superflus, inutiles, irréalistes, dégoûtants. Assez de ces chansons, assez de ces éloges. Ce mot n’est que souffrances issues d’un volcan de colère. Un « magma » sans jet « g » alimenté de haine « n » : Maman.
    Elle était souvent là, assise, à coudre, à bricoler, à écrire, mettant la radio à fond en écoutant des musiques assourdissantes. Le (...)

  • Télécharger tous les articles du dossier en format PDF

    Cliquez sur le document pour télécharger tous les articles du dossier dans un seul document PDF mis en forme.